Existe-t-il un lien entre cancer et alcool ? Découvrez la réponse !

On ne cesse de répéter que l’alcool est une mauvaise habitude qui peut nuire à la santé, entraver le fonctionnement de plusieurs organes et affecter l’humeur et le comportement des gens.

Toutefois, la question qui taraudent les esprits est : est ce que la consommation d’alcool peut conduire à un cancer ?

Selon quelques études publiées sur l’addiction à l’alcool, la consommation d’alcool peut provoquer un cancer du rectum, de l’œsophage, du côlon, du sein et du foie. Une autre étude a montré que 5,8 des décès dus au cancer dans le monde sont provoqués par la consommation d’alcool.

Cependant, ces recherches n’ont montré aucune relation directe entre l’alcool et le cancer, ce qui laisse penser que d’autres facteurs peuvent entrer en jeu.

Le pourcentage de décès associés au cancer et à l’alcool était de 4% en 2003 et il est passé à environ 6% en 2015. Cette croissance fait bien montrer que l’alcool n’est pas le seul responsable du cancer, mais il existe d’autres facteurs responsables tels que le changement du mode de vie, l’inactivité physique, le manque de sommeil, l’alimentation non équilibrée…

Récurrence du cancer du sein (liée à l’alcool)
Selon la société américaine du cancer, même quelques verres d’alcool par semaines peuvent augmenter le risque de développement du cancer du sein chez les femmes, surtout chez les personnes avec un faible taux de folate.

Cela s’explique par le fait que l’alcool a la capacité d’augmenter le taux d’œstrogène dans le corps, ce qui conduit à un déséquilibre hormonal chez la femme. L’alcool peut affecter également les hommes en provoquant une défaillance des testicules et par conséquent une stérilité masculine.

Autre fait méconnu de l’alcool est sa composition riche en phytoestrogènes actifs, qui peuvent provoquer des symptômes féminins chez l’homme. Ces phytoestrogènes sont également présents dans les graines de soja, le blé, le lin et le sésame et leur structure est très similaire à l’œstrogène produit par le corps humain.

De plus en plus de personnes de moins de 50 ans sont touchées par le cancer du côlon

Un constat évident c’est que la consommation d’alcool peut causer un cancer de côlon même chez les personnes de moins de 50 ans, celui se manifeste souvent par un blocage des intestins, des selles sanglantes ou une anémie. D’après une étude réalisée au Royaume-Uni, environ 4% de tous les cas de cancer dans le pays sont liés d’une manière ou d’une autre à l’alcool. La consommation excessive d’alcool provoque également des cancers de la bouche et de la gorge.

En 2004, la revue médicale « Nutrition and Cancer » a publié un article qui montre que les personnes qui buvaient plus d’un verre d’alcool par jour avaient 70% plus de risques de développer un cancer du côlon.

Quelque soit le type d’alcool que vous consommez, le risque de cancer se développe une fois que vous gouttez à un verre d’alcool. L’alcool n’est pas digéré, il est transformé en acétaldéhyde, une substance toxique qui peut endommager l’ADN et développer différents types de cancer comme le cancer de la bouche, de la phalange, de l’œsophage, du larynx et du foie. On peut également trouver ce composé dans le tabac et certains arômes alimentaires.

Un certain nombre de chercheurs ont averti que ce métabolite était dangereux et ont incité les fabricants d’alcool à réduire la quantité d’acétaldéhyde introduite dans leurs produits.

Le sucre peut aussi provoquer le cancer
L’alcool est riche en glucides qui se transforment en sucre dans le corps humain et augmentent ainsi la résistance à l’insuline ce qui peut contribuer à l’obésité et augmenter le risque de cancer.

Pour mettre les choses en perspective, une bière contient 13 grammes de glucides, un vin de 150 ml en contient 4 grammes et un cocktail de 150 ml en contient 10 grammes. Cela indique clairement qu’un verre d’alcool, quel que soit son type, peut augmenter la quantité de glucides dans le corps et augmenter de manière significative le la résistance à l’insuline, l’obésité et le risque de cancer.

Voici les 5 fruits et légumes les plus trempés dans des pesticides et à éviter à tout prix

Framboisier : conseils de plantation, taille et entretien